Un huluberlu degingandé et une demi-portion

Séverine HIBON-ARNELD, Ed. de l’Emmanuel, 2012, 162 p.

On m’a souvent posé la question suivante : "Si Jean-Baptiste n’étais pas handicapé, l’aurais-tu épousé ?" La réponse est non. Sans son handicap, Jean-Baptiste serait un autre homme et rien ne nous aurait rapprochés.

Mon mari est infirme moteur cérébral. Si je précise qu’il est psychosociologue, conférencier, consultant, qu’il a des mouvements parasites et de sérieuses difficultés d’élocution, ça risque de brouiller un peu les cartes. Il mesure 1,80 m et marche plus vite que moi - mais nettement moins longtemps. Quand il parle à quelqu’un, deux personnes sur trois me répondent, à moi, alors que je me contentais d’écouter. J’ai vu et entendu tant d’énormités et de banalités sur le handicap que je n’ai plus envie de fermer ma gueule - oh, pardon : d’observer un silence poli.

En repassant une à une les anecdotes qui font la saveur et la couleur de notre vie, je partage avec ceux qui supportent mal la vue du handicap un recul commun devant la souffrance... et peut-être les mêmes goûts pour les fous-rires !

Séverine Arneld-Hibon est dramaturge. Elle est mariée à Jean-Baptiste Hibon, psychosociologue, conférencier et conseiller handicap, qui a fondé le Réseau Humain, premier réseau socio-professionnel dédié au monde du handicap et à son entourage.