Spiritualité d’en bas

Anselm Grün, Parole et Silence, 2012, 127 p.

« Si tu veux connaître Dieu, apprends d’abord à te connaître toi-même. »

Nombreux sont nos contemporains en quête de nouvelles voies spirituelles ! La spiritualité du monachisme primitif - du IVe au VIe siècles - représente un trésor dans lequel on ne pourra jamais assez puiser pour offrir à ceux qui sont en recherche une réponse à leurs interrogations et à leurs aspirations. Cette spiritualité conduit à Dieu, à notre intimité, à notre véritable personne. Pour s’élever vers Dieu, il faut commencer par descendre en nous, dans notre réalité personnelle et jusqu’aux profondeurs de notre inconscient : tel est le cheminement de la spiritualité d’en bas. Celle-ci décrit les démarches thérapeutiques que l’homme doit entreprendre pour parvenir à l’authenticité de sa nature, l’expérience de notre impuissance et de nos échecs apparaît comme étant le lieu de la prière vraie - le « cri des profondeurs » (Psaume 130) - et comme une chance de parvenir à une nouvelle relation personnelle avec Dieu.