Saint Paul, le génie du chrisitanisme

Patrick Kéchichian, Points, 2012, 145 p.

Prendre saint Paul à la lettre, le croire sur parole, considérer que sa foi et son intelligence sont des modèles qui valent pour ici et pour maintenant. Dans ce but, écarter résolument les soupçons ordinaires, du type : c’est un orgueilleux autoritaire, c’est un intolérant. Surtout ne pas faire de psychologie ou de sociologie historique. La présence du témoin et de l’apôtre que Dieu s’est choisi en la personne de Paul dépasse infiniment, transfigure, les circonstances historiques de sa mission. Et cette mission elle-même dépasse infiniment les singularités de sa personnalité.

La conversion sur le chemin de Damas marque un commencement : celui de l’épreuve décisive de Saul, l’ancien persécuteur des chrétiens, mais aussi celui de l’Église universelle qui se fonde sur l’événement de la Croix. Composées dans l’urgence et l’adversité, premier enseignement raisonné et ardent pour les disciples de Jésus, les Épîtres constituent une indépassable leçon de vie et de sagesse. Elles donnent surtout explicitement à entendre que la religion du Christ n’est pas d’abord un sentiment, une émotion, mais une raison et une doctrine, une action et une volonté.