Rêver l’Eglise catholique

Michel Quesnel, DDB, 2012, 143 p.

"Je trouve l’Eglise catholique trop immobile, trop crispée sur ses traditions, insuffisamment ouverte à l’évolution et au mouvement. Par là, elle se coupe de la société, de la culture, du monde ambiant, et elle risque de se transformer en un petit groupe sectaire. L’immobilité, c’est la mort. Ce qui est vivant évolue, en ce monde et peut-être même dans l’autre. [...]

Je trouve aussi l’Église catholique trop uniforme. Certes, l’histoire a fait que l’Église romaine a disposé de plus de moyens que d’autres branches du christianisme. Le pape n’a pas de divisions - dirait Staline -, mais il est indépendant sur son minuscule État d’un demi-kilomètre carré situé au Vatican, en plein coeur de la Ville éternelle. [...] Or cette autorité, cette puissance spirituelle et parfois matérielle ont leur revers. [...]

Je me contente alors de rêver et d’oser faire part de mon rêve. C’est cela qui constitue mon livre."

Michel Quesnel

Cliquez ici pour lire le commentaire de l’un de nos lecteurs.