Peut-on encore sauver l’Église ?

Hans Küng, Seuil 2012, 248 p.

Avec les pontificats de Jean-Paul II et Benoît XVI, l’Église serait-elle atteinte d’une maladie inédite : la "traditionnite" ? Tel est en tout cas le diagnostic implacable que fait Hans Küng.
Extérieurement, l’Église catholique est affectée par une crise sans précédent en Europe : absence de prêtres, départ massif de fidèles, absence de toute réforme du gouvernement romain, scandale de la pédophilie, rigorisme moral insupportable, autoritarisme, restauration anté-conciliaire qui se dessine, traditionalisme liturgique, œcuménisme défaillant. Küng va aux causes profondes et lointaines de cette débâcle : un système romain - de puissance, de fermeture, d’arrogance - a fait son temps. Juridisme, cléricalisme, système de gouvernement médiéval, mentalité de croisade, méfiance envers la sexualité humaine, refus de toute réforme, mépris de la science aujourd’hui comme hier, refus de la démocratie - réservée aux autres -, goût du secret, haine du moderne, autocélébration et autoconservation internes qui se refusent à toute autocritique véritable : n’en jetez plus ! Hans Küng propose aussi toute une série de remèdes, car le mal ne lui paraît pas (encore) mortel, pour "guérir" l’Église catholique : des réformes pour être plus fidèle à l’Évangile, et non pour faire plaisir à l’esprit du temps.