Petite vie de Jean-Paul II

Christophe Henning, DDB, mars 2014, 106 p.

7 avril 2014 : neuf ans après sa mort, Jean-Paul II est canonisé par l’Église universelle. Déjà, lors de ses funérailles, les banderoles déployées place Saint-Pierre le réclamaient : Santo subito ! Depuis, rien n’a entamé l’extrême popularité du pape globe-trotter. C’est par son charisme surprenant et sa présence réelle aux autres que le premier pape slave de l’histoire, inconnu lors de son élection, est devenu l’icône universelle d’une Église visible. De cette vedette planétaire reste l’image du pape au regard vif, au visage bon et à l’allure décidée, mais aussi la présence émouvante du vieux pontife fragile, prisonnier de la maladie et toujours libre d’aimer, jusqu’aux derniers instants de son existence terrestre. Il reste, après un pontificat de plus de vingt-six ans, une vivante référence pour toute une génération de catholiques.

Par cette canonisation, le pape François vient proclamer urbi et orbi l’oeuvre immense de saint Jean Paul II.