L’Église se trompe-t-elle depuis Vatican II ?

Francis FROST, Salvator, Paris, 2007, 223 p.

Ce livre paraît volontairement quelques jours avant l’ouverture de la Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens, pour montrer, d’une manière significative, l’importance et le bienfait du dialogue oecuménique.

La raison de cette publication s’explique par la Lettre à nos frères prêtres 1, parue en février 2004, à l’initiative de la Fraternité Saint Pie X. Les Supérieurs de la Fraternité avaient saisi l’occasion du 25e anniversaire du Pontificat de Jean-Paul II pour dresser un bilan de son action.

La Lettre prenait l’oecuménisme comme angle de lecture. Elle aboutissait à un constat des plus alarmants. Qu’on en juge par le premier paragraphe de la conclusion générale : « Si attirant qu’il puisse paraître au premier abord, si spectaculaires que puissent apparaître ses cérémonies à la télévision, aussi nombreuses que puissent être les foules qu’il rassemble, la réalité demeure : l’oecuménisme a fait de cette cité sainte qu’est l’Église une ville en ruine. Marchant à la suite d’une utopie - l’unité du genre humain - ce Pape n’a pas réalisé combien l’oecuménisme qu’il poursuivait était proprement et tristement révolutionnaire : il renverse l’ordre voulu par Dieu » (n. 44)