J’ai tant douté de toi

Eric Venot-Eiffel, Médiaspaul, 2012, 150 p.

Et soudain, l’épreuve tombe : c’est comme si la nuit entrait en moi. Je sens ma foi se retirer. Dieu, la vie éternelle, ce sont des inventions des hommes. J’ai bâti mon existence sur le vide. Je suis sonné...

Ce jour-là, dans son couvent, Éric Venot-Eiffel ne sait pas qu’il vient d’entrer dans une nuit de la foi qui durera... 17 ans !

Dix-sept longues années où ce religieux Carme ne « saura » plus s’il croit, ni ce qu’il croit. Comment tenir ? Comment vivre en vérité cette traversée ? Comment « habiter » sa vocation de prêtre lorsque l’aube du matin de Pâques semble ne jamais devoir se lever ?

Pour ne pas sombrer, cet amoureux de la mer écrit, entre Paris où il vit alors et l’île d’Ouessant, son refuge et son ermitage. Il ose confier ses doutes, ses hésitations, son lent et patient travail de fidélité au coeur de l’obscurité.

Le formidable témoignage d’un prêtre devenu aujourd’hui aumônier de prison, porteur d’une fragile lumière au coeur des nuits carcérales...