Insurrection de la beauté

Daniel Facérias, le Passeur, , nov. 2013, 271 p.

L’époque contemporaine ne serait-elle pas celle de la profanation du Beau ? De l’art pariétal jusqu’aux œuvres contemporaines, l’évolution de la création artistique témoigne dans l’ensemble d’un affadissement qui provient d’un oubli de l’être. Un lien semble s’être dénoué au cours du temps et l’homme contemporain se retrouve orphelin de la Beauté, qu’il ne reçoit plus comme don de Dieu.

Aussi, dans ce manifeste engagé, Daniel Facérias appelle-t-il d’urgence à une véritable insurrection, pour en retrouver l’ardente flamme.

Si l’on sait remonter à ses sources vives et se mettre à l’écoute des grandes voix prophétiques - celles du roi David comme celles des troubadours, de Mozart, de Van Gogh ou de Dali -, alors nous pourrons retrouver la « Beauté qui sauve », cette empreinte du Verbe que tout être humain, quelle que soit sa culture, est à même de reconnaître.

La Beauté ne relève pas d’une quête esthétique, mais de la redécouverte de l’image de Dieu en l’homme. Elle est la splendeur de la Vérité.