Claire de Catelbajac. Que ma joie demeure

Dominique-Marie Dauzet, Presses de la Renaissance 2010, 248 p.

Une enfance heureuse au Maroc puis en Gascogne : Claire de Castelbajac, un "ouragan de petite fille" dont la joie et le sens de Dieu frappent tous les proches. Musicienne, sensible, Claire s’oriente vers l’histoire de l’art. En 1973, elle quitte les siens pour étudier à Rome la restauration de peinture. D’amours en amitiés, nouées puis brisées, sa foi chrétienne vacille. Claire s’étourdit dans un milieu artiste, mais son cœur cherche sa voie. Or à l’été 1974, un pèlerinage imprévue en Terre sainte la plonge dans une quête spirituelle intense. Elle écrit : "Je découvre l’amour de Dieu, immense, étonnant, si simple." L’automne suivant, en restaurant les fresques de la basilique d’Assise, Claire approche la joie parfaite. Et voilà qu’à Noël, une méningoencéphalite foudroyante l’emporte : elle meurt le 22 janvier 1975, elle a 21 ans.
Depuis, bien des grâces divines semblent passer par Claire, de plus en plus connue et aimée en France et au-delà, particulièrement par les jeunes. L’enquête diocésaine pour son procès de béatification terminée en février 2008, le dossier a été ouvert à la Congrégation pour la cause des saints à Rome. Sans anticiper sur les conclusions romaines, le présent ouvrage retrace le parcours fulgurant et empreint de sainteté de Claire.
La première biographie exhaustive réalisée à partir des nombreuses sources disponibles.